Articles

Publié le 09 novembre 2021 Mis à jour le 19 novembre 2021

Luxor et orpiment égyptien [Thèse]

Lorsque le jaune révèle ses mystères

Cercueils égyptiens sur un fond d'échelle chromatique égyptienne antique

« Les histoires de cercueils. C’est triste et pas joli. »

Jacques Prévert — Poète (1900-1977)

De nos jours, il est vrai que la plupart des cercueils ne sont pas folichons. Et Jacques Prévert semble être dans le vrai lorsqu’il qualifie les histoires de cercueils comme tristes et pas jolies. Et pourtant…

Par le monde, un nombre important de momies, de cercueils et de sarcophages sont admirés dans les musées par des millions de visiteurs.

Mais qu’elle est la différence entre cercueil et sarcophage ? Un cercueil en Égypte ancienne correspond en fonction des époques à une caisse de bois ou de métal de forme rectangulaire, anthropomorphe ou encore momiforme, disposant d’un couvercle plat, bombé ou momiforme. Alors qu’un seul sarcophage entoure la momie, plusieurs cercueils peuvent entourer cette dernière à la manière de poupées russes. Cet ensemble pouvant se composer d’un cercueil extérieur, intérieur et intermédiaire, constitue un ensemble funéraire. Un sarcophage, quant à lui, correspond à une cuve et d’un couvercle de pierre.

En dehors des momies, quels trésors renferment réellement ces cercueils vestiges du passé ? C’est ce que se propose d’explorer Lucile Brunel-Duverger dans sa thèse intitulée « Couleur et Technique des Cercueils à Fond Jaune de la XXIe Dynastie Égyptienne : de l’Origine des Pigments à leur Altération (LuxOr) ». Dans laquelle l’auteure nous invite à découvrir les trésors d’informations cachés dans la stratigraphie des gammes chromatiques des cercueils de cette période.

À la vie à la mort !

L’ensemble de cette thèse permet au lecteur d’en apprendre énormément sur l’Égypte ancienne tant sur le symbolisme et la matérialité relatifs aux couleurs, la civilisation et les croyances, les techniques et pigments de cette époque, mais aussi l’ensemble des méthodes modernes d’archéométrie permettant d’explorer ce passé mystérieux.

Lucile Brunel-Duverger fournit un effort de clarification vis-à-vis de la méconnaissances sur l’Égypte ancienne et rend son travail accessible à tout curieux en usant tout au long du manuscrit d'un ton clair, simple et précis.

L’auteure nous entraîne avec elle dans son enquête associant techniques d’analyse moderne et collection du Louvre en vue d’identifier les ateliers de production à l’origine de cette couleur caractéristique : l’orpiment.  

Mourir de sa belle mort

« Dans la conception du monde des Égyptiens de l’Antiquité, la couleur possède une place d’importance. Tout comme la perception du spectre lumineux, d’un point de vue purement culturel, la notion même de “couleur”, n’est pas universelle.

Les Égyptiens, dans leur lexique hiéroglyphique, ne possédaient pas de strict équivalent à notre mot “couleur”, il existe cependant deux termes, dont la traduction s’en rapproche : les expressions “Inem” et “Iwen”, parfois confondus par les Égyptiens eux-mêmes. La couleur était considérée dans l’Égypte Ancienne comme partie intégrante de la nature ou de la personne. Chaque terme peut signifier indifféremment, la couleur, l’aspect, le caractère, l’être ou bien la nature. C’est pourquoi, en règle générale, les articles d’une même couleur avaient des propriétés similaires. La perception des couleurs que pouvait avoir les Égyptiens de l’Antiquité était donc fortement liée au paysage dans lequel elle s’est développée et dont en un sens elle constitue une description. Ainsi, au-delà de la lecture de la représentation graphique en elle-même, l’emploi d’une certaine gamme chromatique porte de fortes références symboliques qui sont très présentes dans l’art de l’Égypte Antique.

Les anciens Égyptiens, ne semblent pas avoir développé de conception bi-chromatique du monde, fondée sur le contraste entre le blanc et le noir. Pour cette civilisation ces nuances sont connues sous les concepts de hedj et de kek. Il n’existe aucune opposition entre eux, mais plutôt une continuité, car ils se situent sur un même axe, un continuum temporel fondé sur l’alternance du jour et de la nuit. Le jour symbolise le monde tangible de la vie tandis que la nuit représente le monde intangible, l’au-delà.

Les autres termes chromatiques de l’Égypte antique décrivent quant à eux différents aspects du monde réel. Ils ne définissent pas spécialement une gamme de couleurs établies, mais représentent plus des aspects du paysage dont les couleurs de base vont évoluer entre l’aube et le coucher du soleil. Il est important de rappeler que chaque terme qui détermine le chromatisme si particulier de l’art égyptien, possède une double valeur. Une valeur concrète, liée à un aspect du paysage, et une emblématique, liée aux concepts culturels qui en découlent.

En conséquence, le choix d’une couleur par un peintre peut être dicté par une volonté de produire soit une représentation naturaliste, soit symbolique, soit les deux à la fois. Ceci est d’autant plus vrai lorsque le sujet n’appartient pas à la réalité quotidienne, mais à la sphère des croyances, comme il est le cas pour les décors des cercueils. »

Franc comme l’orpiment

Le travail proposé par Lucile Brunel-Duverger nous révèle un grand nombre d’informations sur la détermination structurelle de la stratigraphie des fonds jaunes en particulier la position de l’orpiment ainsi que la compréhension des processus chimiques de fabrication et de dégradation des pigments verts au cuivre employé dans les cercueils.

Certains résultats recueillis par l’auteure permettent de mieux comprendre et connaître la mise en œuvre de la production des cercueils à fond jaune ainsi que l’identité des ateliers impliqués dans cette dernière. Ainsi, l’auteure par ses recherches révèle de nouveaux éléments sur les pratiques et gestes des artisans ainsi que la symbolique du contexte funéraire égyptien d’il y a 3000 ans.

Par l’étude matérielle poussée de 10 objets à l’aide de méthodes modernes, Lucile Brunel-Duverger réussit à identifier un schéma général de fabrication dont les variations (structure du cercueil, recette des pigments, organisation stratigraphique) sont des signatures permettant d’identifier l’atelier de production à l’origine du cercueil.  

La partie immergée de l’iceberg

L’impressionnant travail de Lucile Brunel-Duverger nous révèle un monde caché sous le fond jaune des cercueils de l’Égypte antique. Nous découvrons ainsi, par une enquête intriguante et bien menée, le trésor d’information caché dans les détails de la structure des fonds de cercueils. L’auteure, à partie de ce trésor, est capable avec des techniques modernes de repousser les limites de la traçabilité et d’identifier quel atelier a réalisé cet objet il y a 3000 ans.

Ces informations, pouvant sembler anodines, apportent en réalité énormément sur les connaissances relatives à cet artisanat de l’Égypte antique et permet d’éclairer nos connaissances sur le contexte social, religieux et politique au moment de ces productions.

Et vous alors ? Quel message transmettra la couleur de votre cercueil ?

Bonne lecture !

Thèse présentée et soutenue le 25 septembre 2020. Travail réalisé à l’Université CY Cergy-Paris et au Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) en collaboration avec le département des Antiquités Égyptiennes du Musée du Louvre au sein de l’école doctorale Sciences et Ingénierie : ED 417 (Université Cergy-Paris) (Cergy-Pontoise — France).

Sources

Thèse

Lucile Brunel-Duverger. Couleur et technique des cercueils à fond jaune de la XXIe dynastie égyptienne : de l’origine des pigments à leur altération (LuxOr). Chimie. CY Cergy Paris Université, 2020. Français. ⟨tel-03086123⟩

Liens

Page : https://tel.archives-ouvertes.fr/C2RMF/tel-03086123v1

PDF : https://hal.archives-ouvertes.fr/tel-03086123/document


Voir plus d'articles de cet auteur

Dossiers

  • Trésors nouveaux et anciens


Pour vous abonner au fil RSS de Thot Cursus, indiquez votre courriel ci-dessous :

Service par FeedBurner


            

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !