Articles

Publié le 05 octobre 2021 Mis à jour le 05 octobre 2021

Comment le numérique vient au secours d'une pédagogie du climat

Appel pour une pédagogie capacitante

Lac sous un ciel nuageux

Une ère de changements

Il pleut au sommet du Groenland à 3000 m d'altitude c'est la première fois depuis que l'on y mesure le climat. La forêt amazonienne brûle, les grandes forêts d'Amérique du Nord brûlent. L'Australie a brûlé et s'apprête à le refaire sans que l'écosystème n'ait eu le temps de se rétablir . Des "gouttes de chaleur" caniculaires s'abattent sur l'Europe, Espagne et Grèce en tête. Les grands glaciers des Alpes finissent de fondre et les touristes partent en paquebots de croisière voir les derniers ours polaires en Norvège. 

Les scientifiques alignent une succession de rapports et de faits pour nous montrer la 6ème extinction de masse du vivant, 500 fois plus rapide que les précédentes, que le réchauffement climatique est hors de contrôle humain, que la destruction systématique du vivant et des sols se poursuit, que des pollutions s'accumulent à tous les niveaux. 230 revues médicales scientifiques alertent des conséquences sur notre santé et pointent une augmentation de la mortalité liée à la chaleur.

Les banques expriment leurs inquiétudes pour la première fois. Elles chiffrent les conséquences de l'action humaine et le prix du risque. Elles affichent leur volonté d'une neutralité carbone à 2050. Nous savons tout cela. Personne ne peut dire qu'il ne sait pas. Personne ne pourra dire à ses enfants et ses petits-enfants qu'il ne savait pas quand nos conditions de vie seront des conditions de survie.

Pourtant nos états, nos villes, nos entreprises sont tétanisés. Ils sont inertes. Encéphalogramme plat. Nous nous protégeons de la dissonance cognitive entre l'état de notre planète et notre vie rêvée par la négation de ce que nous rejetons. C'est trop dur à concevoir, alors autant se persuader que cela n'est pas si grave.

Miser sur l’intelligence collective

Il n'y a pas d'autre choix que de mettre notre intelligence en commun. Pas seulement notre pouvoir de raisonnement, mais également nos intelligences émotionnelle, corporelle, imaginative notre intelligence de vision.

Chacun selon son métier, sa place, ses connaissances peut agir. Il y a des initiatives positives à faire grandir, des choix et des décisions à prendre partout.

Pour l'éducation et la pédagogie, il semblerait essentiel de comprendre ce qui forme une membrane impénétrable entre les faits objectifs et le passage à l'acte des décideurs, des citoyens, des consommateurs dans leurs attitudes et leurs conduites quotidiennes individuelles et collectives.

Quand je dis à mes collègues urbains «l’alerte vaut pour tout de suite, c'est maintenant que cela se passe», je leur donne des exemples précis : en Occitanie la source de mon village tarie,  une petite rivière voisine asséchée, les nappes phréatiques à 40% de leur niveau normal, les voisins qui creusent des puits 15 mètres plus profond pour accéder à l'eau, la houppe des chênes verts brûlée par la chaleur et le manque d'eau. Ils me regardent. Ils m'écoutent poliment. Mais cela semble loin de leur quotidien. La ville éloigne de la nature. Cela ressemble à la fable de la grenouille placée dans une casserole d'eau froide sous laquelle on met doucement le feu. La montée en température est lente et progressive. Le batracien finit par cuire sans s'en apercevoir. La réaction est différente quand sa maison en bord de littoral est inhabitable pour cause de montée des eaux ou que son île est submergée. Il faut partir.

Pourquoi ne pas agir en amont. C'est ce que savent les réfugiés climatiques (250 millions prévu d'ici à 2050). Mais que se passe t- il pour que l'on manque à ce point d'empathie pour comprendre que ce qui arrive à nos voisins devient notre destin ? Nous comprenons mal pourquoi des millions de gens fuient leur pays. Nous imputons cela à des régimes dictatoriaux ou à des idéologies moyenâgeuses. Regardons de plus près la situation agricole et les conditions climatiques de ces contrées d'Amérique centrale, d'Afrique, ou d'Asie, la ceinture tropicale est particulièrement affectée. Qui a envie de quitter son foyer avec un baluchon par colonnes entières sans de bonnes raisons ? 

La solution éducative

C'est dans l'éducation que des solutions émergent ou que les malheurs se préparent. Rappelez-vous l'excellent ouvrage d'Alice Miller  «C'est pour ton bien" qui, à l'appui de manuels scolaires français et allemands des XVIIIe siècles et XIXe siècles, montre comment la diffusion d'une "pédagogie noire" a préparé les esprits à s'entretuer. Le redressement des corps et les châtiments corporels étaient la norme.

Plus proche de nous les "Talibans" (ce qui signifie «étudiant en théologie» en arabe) endoctrinés dans des madrassas, se déclarent détenteur de la vérité et l'imposent par la force à leurs contradicteurs.

Sur un registre moins dramatique, c'est tout notre système éducatif qui échoue à générer plus d'empathie et à nous rendre résilient collectivement. Plusieurs causes peuvent être avancées :

  • La fabrique de l'excellence et la compétition scolaire, Les classements à outrance renforcent l'individualisme 
  • Un découpage par micro-discipline nous permet des avancées scientifiques et dans le même temps limite notre pensée holistique, empêche une vue globale;
  • Le raisonnement dualiste vrai/faux, qui prédomine, obère tout raisonnement complexe;
  • La fierté et la confiance absolue dans nos capacités d'adaptation nous font minorer les difficultés;
  • Nos capacités passées de surmonter des crises nous empêchent de voir ce qui est exceptionnel ;
  • Notre refus de voir des faits pénibles est une protection de notre cerveau;
  • Un réflexe individualiste et consumériste entretenu. L'illusion marketing d'un toujours plus de consommation maintient les systèmes d'exploitation en place.

Face à ces constats les systèmes éducatifs pourraient évoluer et promouvoir d'autres valeurs :

  • Des valeurs de collaboration et d'entraide;
  • Des valeurs de doute et de construction du savoir par l'action, le projet et le défi et pas seulement à partir de l'héritage du passé;
  • Des valeurs d'humilité face à l'inconnu. Une meilleure connaissance et maîtrise de nos biais cognitifs et attentionnels;
  • Un frein au consumérisme sous toutes ses formes et une valorisation des liens plutôt que des biens.

Les nouveaux systèmes éducatifs pourraient progresser en valorisant beaucoup plus l’intelligence collective.

Conclusion

Changer l'effet de l'éducation sur les comportements est affaire de génération. Entre le moment où l'enfant est éduqué et où il a la possibilité de peser par ses choix d'électeur, de citoyen, de consommateur, de nombreuses années s'écoulent. Au regard de la situation, les ressources numériques aident à accélérer les transformations éducatives indispensables. Elles constituent un accélérateur sans précédent d'information et de mobilisation grâce aux réseaux sociaux. Elles se diffusent par la façon de jeux, de vidéos, d'enregistrements sonores, de journaux, de blogs, de sites ralliant des militants. Elles permettent des mises en contact ciblés et un accroissement de savoir action grâce aux MOOC.

Leur effet est encore amplifié par les téléphones portables qui font de chacun une puissance d'émission et de réception de données mais aussi de vision positive pour le monde. Cette couche technologique fait naître un organisme supra humain peut être en mesure de lutter contre le réchauffement climatique ?

Aura-t-il une conscience suffisamment forte des enjeux ? Comment l'influencer pour qu'il joue le meilleur de son potentiel ?


Sources

Le Monde. Les mégafeux sont ils en augmentation, ce que montrent les drones et les images satellites https://www.lemonde.fr/planete/video/2021/09/05/les-megafeux-sont-ils-en-augmentation-ce-que-montrent-les-donnees-et-images-satellites_6093459_3244.html 

Le Progrès Pour la première fois, il pleut au sommet du Groenland
https://www.leprogres.fr/environnement/2021/08/20/pour-la-premiere-fois-il-pleut-au-sommet-du-groenland
 

CNEWS 230 revues médicales dénoncent l’impact du réchauffement climatique
https://www.cnews.fr/environnement/2021-09-08/230-revues-medicales-denoncent-limpact-du-rechauffement-climatique-sur
 

Les échos. Les banques occidentales s’engagent à la neutralité carbone d’ici 2050
https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/climat-les-banques-occidentales-sengagent-a-la-neutralite-carbone-dici-2050-1308727 

La tribune. Migration, la bombe à retardement climatique
https://www.latribune.fr/economie/international/migrations-la-bombe-a-retardement-climatique-784546.html 

Tursz, A. (2013). C'est pour ton bien. Racines de la violence dans l'éducation de l'enfant, d'Alice Miller, traduction Jeanne Étoré. Éditions Aubier (réédition), 2008. Revue française des affaires sociales, , 51-53. https://doi.org/10.3917/rfas.125.0051
https://www.decitre.fr/livres/c-est-pour-ton-bien-9782081347328.html




Voir plus d'articles de cet auteur

Pour vous abonner au fil RSS de Thot Cursus, indiquez votre courriel ci-dessous :

Service par FeedBurner


            

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !