Articles

Publié le 24 mars 2021 Mis à jour le 24 mars 2021

La coopération, la vraie loi de la jungle

La vie, une compétition? Pas si on en croit les biologistes.

Notre vision de la nature correspond souvent très peu à ce qui se passe réellement. Nous anthropomorphisons les bêtes au point de leur donner des sentiments humains. La nature elle-même est en général vue comme hargneuse. Ne parle-t-on pas des "caprices de dame Nature" lorsque du mauvais temps ou lorsqu'une catastrophe naturelle se pointe? Et puis, nous avons l'impression que le milieu sauvage n'est composé que de prédation. La loi naturelle se résume souvent ainsi par les gens : "Tuer ou être tué" ou "la survie du plus fort".

Or, il s'agit d'une très mauvaise compréhension, appuyée sur la théorie de l'évolution de Darwin. En effet, sa thèse a généralement été condensée par le fait que les plus "puissants" d'une espèce survivent. Or, le biologiste britannique parlait surtout d'adaptation, c'est-à-dire que des variantes dans la faune les mieux adaptées à leur écosystème ont fini par passer au travers des siècles.

Par exemple, les serpents aglyphes adoptant des couleurs d'autres venimeux ont réussi à prospérer en se faisant craindre de leurs prédateurs. Cela ne veut pas dire qu'il leur a fallu éliminer les autres arborant divers coloris. La nature s'en est chargé au fil du temps.

Dans la nature, coopération fait loi

En fait, de plus en plus de biologistes l'affirment : la coopération est une loi de la nature. Les exemples sont légion. Nous pouvons parler de symbioses entre des organismes primitifs et des pierres ou du sol, ce qui a formé le lichen. Des petits oiseaux chassent des prédateurs en groupe tout comme les suricates le font contre des serpents. De plus en plus d'études sont faites en biologie prouvant que la collaboration est essentielle à tous les niveaux de vie. Une expérience a démontré pourquoi des bactéries collaborent. En fait, les chercheurs se sont rendu compte que les cellules s'agglutinaient en groupes et les mutants ayant coopéré obtenaient ainsi plus de nutriments que les autres.

Des espèces grégaires comme les chimpanzés ou les loups travaillent fréquemment de pair. Chez les primates, les observateurs notent différents types de collaboration. Bien souvent, les individus vont se trouver un partenaire sexuel ou non avec qui ils vont effectuer différentes tâches. Par moment, ils vont se coordonner comme quand vient le temps de chercher de la nourriture. Ils se passeront même un outil si celui-ci est nécessaire. Le groupe en général va aussi récompenser des actions sociales comme le nettoyage les uns des autres.

Une expérience faite auprès de loups ayant à oeuvrer en dyade a montré que les facteurs sociaux ont bien plus joué en faveur de la collaboration. Ainsi, l'affiliation, la tolérance de l'autre et la distance dans le rang ont permis aux bêtes de réussir des tests de coordination, de sociabilité et d'aversion envers la non-équité entre les membres. Des canidés ayant des interactions fréquentes entre eux travaillaient très bien de pair et, ce, même si l'un était plus dominant que son partenaire.

L'homme, un animal comme les autres

Du coup, si les primates, les loups, les orques, les oiseaux, les champignons, les insectes et les plantes collaborent, pourquoi cela serait-il différent de l'humain? D'autant plus que les anthropologues montrent que nos ancêtres ont connu une augmentation rapide de la taille du cerveau entre 800 000 et 200 000 avant notre ère. Et cela serait dû aux comportements de coopération entre les membres de l'espèce.

Bien sûr, nous pourrions citer des études dont celle, très controversée, de Standford dans les années 1970 où volontaires agissaient en prisonniers et en gendarmes. Le tout ayant fini précipitamment étant donné la violence des gardes à l'endroit des détenus. Sauf que comme le pointent certaines critiques, les gardiens avaient été encouragés à être durs dès le départ envers les autres. D'ailleurs, une expérience ayant repris le principe sans donner de réelles consignes aux gardes a montré que la plupart étaient hésitants à employer la force et certains développaient des relations amicales avec les faux taulards.

Même le fameux livre "Sa Majesté des Mouches" de William Golding racontant l'histoire de garçons échoués sur une île déserte du Pacifique où le tout se termine en conflit et en morts ne serait pas représentatif. 10 ans après la parution du roman, un groupe de six enfants s'est réellement trouvé à survivre sur une île pendant 15 mois. Et pourtant, tout ne s'est pas fini horriblement. Au contraire, ils ont travaillé de pair pour subsister et ont développé des liens forts entre eux. Conséquemment, comme les autres espèces, nous sommes faits pour collaborer et toutefois, nous continuons de croire que notre vie est une jungle. Et si cela ne reposait pas, entre autres, sur la représentation sociale faite par la société et, conséquemment, l'école?

En effet, durant des décennies, elle a été vue comme une compétition entre élèves pour être le meilleur de sa classe ou de sa promotion. Pourtant, il existe des approches pédagogiques où la coopération est de mise. L'apprentissage coopératif est né de l'idée de réformateurs comme John Dewey, cherchant à faire travailler ensemble les apprenants. Or, la collaboration demande plus que de simplement diviser sa classe en groupes. Chaque membre de l'équipe doit apporter quelque chose à ses collègues.

La méthode du puzzle, par exemple, implique que chaque élève a une partie de la matière avec lui. Il se rassemble avec tous ceux ayant eu le même document afin, qu'ensemble, ils notent les éléments importants à retenir. Puis, ils reviennent dans leur groupe initial en inculquant ces éléments essentiels. Une approche très positive qui donne des résultats dès la première année du primaire comme le montre cette étude réalisée auprès de 168 élèves.

Il existe de multiples activités qui peuvent se pratiquer en coopération et, ce, même à distance. Alors, pourquoi entretenir la philosophie compétitive en éducation alors que notre nature coopérative ne demande qu'à être nourrie?

Illustration : Günther Aichhofer de Pixabay

Références :

"10 Cooperative Learning Idea for a Socially Distanced Classroom." Peacefield History. Dernière mise à jour : 11 octobre 2020.
https://peacefieldhistory.com/10-cooperative-learning-idea-for-a-socially-distanced-classroom/

Alstad, Candace. "How to Use Cooperative Learning in Your Classroom." A+ Teachers' Career Edge. Dernière mise à jour : 6 octobre 2019.
https://resumes-for-teachers.com/blog/interview-questions/how-to-use-cooperative-learning-in-your-classroom/

Bregman, Rutger. "The Real Lord of the Flies: What Happened when Six Boys Were Shipwrecked for 15 Months." The Guardian. Dernière mise à jour : 13 mai 2020.
https://www.theguardian.com/books/2020/may/09/the-real-lord-of-the-flies-what-happened-when-six-boys-were-shipwrecked-for-15-months

Dale, Rachel, Sarah Marshall-Pescini, and Friederike Range. "What matters for cooperation? The importance of social relationship over cognition." Nature. Dernière mise à jour : 16 juillet 2020.
https://www.nature.com/articles/s41598-020-68734-4

Devine, Rebekah. "Individualism and Selfishness Aren’t ‘Human Nature.’ Cooperation Is." Red Letter Christians. Dernière mise à jour : 30 mars 2020.
https://www.redletterchristians.org/individualism-and-selfishness-arent-human-nature-cooperation-is/

Duguid, Shona, and Alicia P. Melis. "How Animals Collaborate: Underlying Proximate Mechanisms." Wiley Online Library. Dernière mise à jour : 27 avril 2020.
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/wcs.1529

Foster, Charles B. "Cooperative Learning and How to Use It in the Classroom." TeachHUB. Dernière mise à jour : 31 juillet 2020.
https://www.teachhub.com/teaching-strategies/2020/07/cooperative-learning-and-how-to-use-it-in-the-classroom/

"How Does Cooperation Evolve? Researchers Unravel Why Organisms Frequently Help Each Other." ScienceDaily. Dernière mise à jour : 23 juillet 2020.
https://www.sciencedaily.com/releases/2020/07/200723115234.htm

Suttie, Jill. "Why We Should Be More Optimistic About Human Nature." Greater Good. Dernière mise à jour : 28 août 2020.
https://greatergood.berkeley.edu/article/item/why_we_should_be_more_optimistic_about_human_nature

Tome, Jeff. "The Nature of Cooperation." Observertoday.com. Dernière mise à jour : 28 février 2021.
https://www.observertoday.com/news/page-one/2021/02/the-nature-of-cooperation/

Veldman, M.A., S. Doolard, R.J. Bosker, and T.A.B. Snijders. "Young Children Working Together. Cooperative Learning Effects on Group Work of Children in Grade 1 of Primary Education." ScienceDirect.com. Dernière mise à jour en juin 2020.
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0959475219305419


Voir plus d'articles de cet auteur

Dossiers

  • Lois naturelles


Pour vous abonner au fil RSS de Thot Cursus, indiquez votre courriel ci-dessous :

Service par FeedBurner


            

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !