Articles

Publié le 17 décembre 2020 Mis à jour le 17 décembre 2020

Solutions environnementales massives pour fermer la boucle carbone.

Le sentiment d'impuissance n'existe pas à l'échelle industrielle

Centrale thermique au charbon

Si en tant qu'individu on se sent impuissant face aux gigatonnes de C02 libérées dans l'atmosphère (30 milliards de tonnes pour l'année 2020, plus de 4 tonnes par humain), c'est qu'il nous manque certains points de vue.

Pratiquement tous nos besoins sont comblés par la production industrielle : habitation, transport, habillement, alimentation, divertissement, éclairage, chauffage, climatisation et même santé; presque rien ne lui échappe. Pour faire face au problème environnemental le point de vue à ajouter est de prendre celui d'une organisation industrielle et d'un système de production. Des réponses se trouvent nécessairement à ce niveau et à cette échelle.

C'est ce que nous disent, chacun à leur manière, les spécialistes ci-dessous.

Première source de CO2

La première source humaine d'émission de CO2 est l’industrie des énergies fossiles. Autour de 30 % des émissions mondiales. Commençons par celle-ci.

Myles Allen, physicien à l'Université de Oxford, a été un des premiers à estimer l'ordre de grandeur de l'influence humaine sur le climat. Il a fondé le réseau «Climate prediction» qui propose le plus grand modèle climatique à ce jour.

À force de discussions avec les administrateurs et ingénieurs des plus grandes compagnies d'énergies fossiles, il affirme sans ambiguïté que les solutions industrielles sont connues et efficaces et peuvent rapidement être mises en place pour éliminer à la source près de 30 % des émissions de CO2.

Le hic ? Il y a un coût, mais que ce coût est déjà là et ne fait qu'augmenter si nous ne faisons rien. Autant mieux prendre le contrôle et agir. Déterminer un prix par tonne de CO2 et le payer, à la source pour ne pas émettre le CO2. Payer en prévention plutôt qu'en cure et développer emplois et économie du même coup.



Seconde source de CO2

La seconde source humaine d'émission de CO2 est l'industrie du béton. Environ 8 % des émissions. On construit des routes, des édifices, des barrages, des ponts et bien d'autres choses avec du béton, depuis plus de 2000 ans et l'industrie n'a guère évolué.

Tom Schuler, ingénieur mécanique à l’université de Virginie, a travaillé chez DuPont avant de rejoindre Solidia Technologies, entreprise spécialisée dans la mise au point de formules de béton.  Tout le processus de production du béton émet du CO2.

Ce qu'il a mis au point permet à la fois de réduire la consommation d'énergie lors de la production du ciment et permet aussi de transformer la production du béton en puits de carbone : plutôt que d'en produire il en absorbe, - 600 % , et en plus la matière produite est de meilleure qualité.  Le procédé utilise le CO2 plutôt que de l'eau pour lier la poudre de ciment.

Quand commence t'on ?



Karen Scrivener, chercheure à Nanocem et à l'EPFL en Suisse, propose une solution comparable pour la production du ciment qui peut réduire l'émission de CO2 au moment de la production de 40 %.   Concrete idea to reduce carbon emissions

Premier puits d’absorption de CO2

Les océans couvrent 70 % de la surface de la terre. Ils absorbent près de 25 % de nos émissions de CO2, mais de moins en moins, à mesure que notre déprédation industrieuse de la biomasse des océans s'étend que la température de l'eau augmente (ce qui diminue sa capacité d’absorption du CO2 en surface) et que l'intensité des courants océaniques diminue. De plus, l'essentiel du territoire océanique est un désert biologique peu oxygéné et quasi dépourvu de vie.

Tim Flannery est le cofondateur du Australian Climate Council. Environnementaliste réputé, il a conduit des recherches dans plusieurs pays de l'hémisphère Sud. Il s'est attardé aux algues et à leur étonnante vitesse de croissance, de l'ordre de 1 mètre par jour pour certaines espèces. Et elles absorbent du CO2 en quantité.  Le problème est qu'elles le relâchent ensuite quand elles pourrissent. Sauf si on les fait couler au fond de l'océan, là ou la température et la pression fait en sorte que le CO2 reste fixé.

La solution qu'il propose est une ferme océanique de culture d'algues et d'aquaculture. Les eaux riches en nutriments, froides et stériles des profondeurs (50 à 200 mètres) sont pompées en surface pour alimenter la croissance des algues qui elles mêmes servent de milieu de croissance pour les poissons et crustacés.

Ainsi sont absorbés de grandes quantités de CO2 et d'énergie solaire et sont produits des aliments recherchés tout en créant de nouveaux environnements biologiques. À la fin, les algues sont simplement déchiquetées et coulent dans les fonds océaniques.

Les réserves de charbon, de pétrole et de gaz que nous consommons aujourd'hui proviennent de la transformation de matière organique de l'ère carbonifère (il y a 300 millions d'années; à ce moment le taux de CO2 dans l'atmosphère était de l'ordre de 20 fois plus élevé qu'actuellement).  En retournant le CO2 dans les sédiments, on boucle le cycle du carbone.


Individuellement nous pouvons aider les industries à évoluer, par exemple en finançant le reboisement coopératif ( voir Irokko ), en mangeant moins de viande et plus d'insectes, en réduisant notre consommation de biens matériels, de transport, d'énergie, d'espace, en consommant plus local, etc. Les possibilités ne manquent pas, mais ces actions ne seront pas suffisantes. Certaines solutions se trouvent à l'échelle industrielle et les responsabilités doivent être prises à cette échelle.

Oui la situation environnementale peut paraître inquiétante, mais non nous ne sommes pas démunis pour y faire face. En prenant les points de vue appropriés, qui ne sont pas seulement à l'échelle individuelle, ce qu'on essaie de nous faire croire, mais bien industrielle, industrie qui nous apporte une partie de notre bien-être moderne et qui est aussi à la source de notre problème environnemental.

Illustration : pixel2013 - Pixabay

Références :

Citepa - Centre technique de référence en matière de pollution atmosphérique et de changement climatique
https://www.citepa.org/fr/2020_05_a02/

Climate prediction net - https://www.climateprediction.net/

Solidia Tech - https://www.solidiatech.com/

Nanocem - https://www.nanocem.org/

Australian Climate Council - https://www.climatecouncil.org.au/

Irokko    https://irokkoapp.com/

Ère carbonifère - https://fr.wikipedia.org/wiki/Carbonif%C3%A8re


Voir plus d'articles de cet auteur

Dossiers

  • Adaptation climatique


Pour vous abonner au fil RSS de Thot Cursus, indiquez votre courriel ci-dessous :

Service par FeedBurner


            

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Superprof : la plateforme pour trouver les meilleurs professeurs particuliers en France (mais aussi en Belgique et en Suisse)


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !